Publicité Elam

Un métier de la Santé : Orthophoniste/Logopède

Focus métiers
slide 1

Pour moi, un orthophoniste doit avoir une très bonne ouïe, très bonne diction. Elle doit  aimer travailler avec le public. Elle doit avoir une grande capacité d’écoute, de respect, de patience et d’empathie....

 

Depuis combien de temps exercez -vous ou avez-vous exercé ce métier ?

Cela fait un an et demi que j’ai commencé à exercer ce métier à Libreville. Je travaille au sein du service de médecine physique au Centre Hospitalier Universitaire de Libreville et dans un cabinet privé de la place.

 

En quoi consiste votre métier ?

J’évalue et prends en charge des troubles de la communication liés à la voix, à la parole et au langage oral et écrit. Je vous donne quelques exemples des domaines dans lesquels je peux intervenir.

  • Pour le langage (parler, comprendre, lire et écrire)
    Par exemple : dysphasie, dyslexie, aphasie suite à un accident vasculaire-cérébral ou un traumatisme crânio-cérébral, etc.
  • Pour  la communication
    Par exemple : difficultés associées à des problématiques plus globales comme une surdité, un problème moteur, l’autisme, une démence, une déficience intellectuelle, etc.
  • Pour la  parole
    Par exemple : le bégaiement, des problèmes d’articulation dans le cadre d’une maladie dégénérative comme la maladie de Parkinson, etc.
  • Pour la voix
    Par exemple : problèmes liés à la présence de nodules sur les cordes vocales ou suite à une opération pour un cancer de la gorge (laryngectomie), etc.
     

Comment se déroule une journée type ?

J’arrive au travail vers 7h30 et je termine la préparation des séances de rééducation de chacun de mes patients. En effet, mes patients ont des degrés de sévérité de troubles différents et je dois donc préparer chacune de leurs séances avec les activités que nous allons faire, les objectifs qui doivent être atteints et comment les atteindre lors de la séance.

Au cabinet je peux recevoir mon premier patient à 8h30, à l’hôpital je peux commencer à 8h00. Une séance de rééducation dure 30 minutes par patient. Je travaille beaucoup avec les enfants car j’aime les enfants et j’ai un meilleur feeling avec eux.

Du coup une séance peut durer 25 minutes par enfant et les 5 dernières minutes c’est un petit coaching pour les parents.  Je leur explique les exercices qui ont été faits et comment les refaire à la maison avec leur enfant. Il faut savoir qu’une prise en charge est réussie lorsque les parents s’impliquent dans la prise en charge de leur enfant. Puis, j’enchaîne les rééducations toute la journée et vers 17h30. Je prends le temps de faire le point sur tous les patients que j’ai eus pendant la journée et prépare les rééducations du jour d’après.

 

Utilisez-vous des instruments, des machines ou outils particuliers ?

Je travaille avec des enfants et le meilleur apprentissage qu’il soit pour un enfant c’est le jeu !  Mon bureau est une aire de jeu. D’ailleurs mes patients ont souvent du mal à en sortir. On peut prendre un jeu de société pour enrichir le vocabulaire d’une petite fille de 6 ans, ou jouer à la dinette avec une petite fille de 3 ans pour l’aider à produire plus de phrases dans un contexte bien précis.

 

En quoi votre activité professionnelle vous plait-elle ?

Comme je l’ai dit plus haut. J’aime voir les enfants en difficulté être épanouis. J’aime voir leurs petits sourires lorsqu’ils ouvrent la porte de mon bureau parce qu’ils savent qu’ils vont apprendre de nouvelles choses ou jouer. Mais surtout c’est de voir un enfant qui a des difficultés langagières progresser au fil des séances.

 

Dans quel d’établissement travaillez-vous ?

Je travaille à temps partiel au centre hospitalier universitaire de Libreville dans le service de médecine physique. Dans mon service, il y a un chef de service qui est un médecin physique et de réadaptation, il y a des kinésithérapeutes, une podologue et deux orthophonistes. J’y suis le mardi, jeudi et vendredi en matinée. Les autres jours de la semaine sauf le dimanche,  je suis au cabinet où je travaille en collaboration avec un pédiatre et un ORL. A l’hôpital j’ai un emploi du temps très fixe. Cependant, au cabinet, il varie car j’ai quelques rééducations à domicile, j’ai des visites dans les écoles et des rendez-vous avec les parents de mes patients. Les rééducations en après-midi sont fixes donc je termine en général vers 17h30- 18h. Le weekend j’ai souvent une tonne de boulot car les rédactions de bilans, des plans thérapeutiques, des notes thérapeutiques se font hors des heures de boulot. Donc j’ai souvent des soirées et des weekend très chargés.

 

Quelles sont les qualités personnelles requises pour exercer votre métier ?

Pour moi, un orthophoniste doit avoir une très bonne ouïe, très bonne diction. Elle doit  aimer travailler avec le public. Elle doit avoir une grande capacité d’écoute, de respect, de patience et d’empathie car elle peut à faire face aux problèmes psychologiques que peuvent avoir ses patients ou les parents de ses patients. Elle doit également avoir une bonne capacité d’analyse et bon jugement pour être mesure d’analyser et déceler les problèmes de parole, de langage et de communication. Elle doit également avoir une facilité à travailler en équipe car elle doit collaborer avec les médecins, les enseignants de ses patients. Finalement, une orthophoniste doit avoir une très bonne connaissance  et maîtrise de la langue française parlée et écrite afin d'expliquer et communiquer clairement et de façon professionnelle avec ses patients et les autres professionnels et pour rédiger des rapports de qualité.

 

Quelle influence votre métier a -t-il sur votre vie privée ? Comment articulez-vous vie professionnelle et vie personnelle (loisirs, enfants…) ?

Alors je n’ai pas encore d’enfant, mais je sais déjà que ce métier aura surement un petit impact sur ma vie familiale. Pour le moment je ne suis qu’avec mon mari donc on passe du temps ensemble le soir et le dimanche. Cependant, je suis convaincue qu’avec les enfants, ils voudront passer plus de temps avec moi, je crois donc que je devrais ajuster mes horaires en fonction d’eux. J’arrive à avoir une vie sociale (ex : je sors prendre un verre avec mes amis ou je vais au cinéma de temps en temps et je vais à l’église le reste du temps.) Je vous avoue quand même que si je pouvais avoir plus de temps ce serait génial.

 

Je crois qu’il est quand même préférable d’avoir des bonnes notions en biologie car les cours d’anatomie et de physiologie sont assez difficiles si on n’a pas de bonnes bases. C’est donc une formation sur 5 ans : 3 ans en licence et 2 ans en master........

 

Quelles sont les formations et diplômes nécessaires pour exercer votre métier ?

Alors j’ai fait eu un baccalauréat scientifique puis j’ai fait un Bachelor en Psychologie et Linguistique à l’Université de Montréal et j’ai ensuite fait ma maîtrise en Logopédie à l’Université de Liège. Au Maroc, la formation est ouverte à tous les baccalauréats, en France il faut soit avoir un baccalauréat scientifique, soit un baccalauréat littéraire. Je crois qu’il est quand même préférable d’avoir de bonnes notions en biologie car les cours d’anatomie et de physiologie sont assez difficiles si on n’a pas de bonnes bases. C’est donc une formation sur 5 ans : 3 ans en licence et 2 ans en master. C’est une formation qui est très difficile d’accès, il faut réussir un concours en France, dans les autres pays c’est sur dossier.

 

Devez-vous suivre des formations régulièrement pour faire face à l’évolution de votre métier ?

Je dois également préciser que je suis constamment en train de lire des livres et des articles car oui, c’est une formation continue. Tous les jours des chercheurs font des études afin de trouver les meilleures méthodes de rééducation et c’est donc à nous de chercher soit des formations, des colloques, des articles afin de pouvoir toujours utiliser la meilleure méthode de rééducation pour nos patients.

 

Promotion, évolution de carrière possible, salaire moyen et perspectives d’emploi, satisfactions personnelles.

Ce métier est un métier et une vocation. Il faut aime aider les autres avant de penser à son salaire. Avons–nous une évolution de carrière ? A l’étranger oui, on peut devenir enseignante à l’université, faire des recherches. Au Gabon c’est un peu plus complexe car il n’y a pas assez d’orthophonistes. Si je ne me trompe pas pour une population d’un million d’habitant, il y a maximum 7 orthophonistes. Imaginez le nombre de familles démunies face aux listes d’attente interminables…

Donc nous passons la majeure partie de notre carrière à faire des prises en charge, à faire de la sensibilisation dans les autres villes et dans certains cas ouvrir des centres pour certains enfants qui sont refusés dans les écoles ordinaires à cause de leur handicap.

 

Les jeunes veulent avoir de l’argent pour s’en sortir et devenir riches même lorsqu’ils n’aiment pas ce qu’ils ont fait comme études.  Si je peux vous donner un conseil les jeunes c’est de chercher à réellement savoir comment vous pouvez impacter la vie des gens ...

 

Quels conseils pouvez-vous laisser aux jeunes ?

J’encourage les jeunes à s’intéresser à ce métier. Je crois que ce métier vous emmène à changer votre façon de penser. Je remarque qu’au Gabon les jeunes n’ont pas cet envie/amour d’aider les autres sans rien recevoir en retour. Il y a très peu de bénévolat. Les jeunes veulent avoir de l’argent pour s’en sortir et devenir riches même lorsqu’ils n’aiment pas ce qu’ils ont fait comme études.  Si je peux vous donner un conseil les jeunes c’est de chercher à réellement savoir comment vous pouvez impacter la vie des gens que vous côtoyez au quotidien, car c’est vraiment cela le but de notre passage sur terre. C’est de pouvoir laisser une trace dans le cœur des autres.

Articles similaires